• Warren Buffett: Les méga riches doivent payer plus d'impôts

    Warren Buffett est connu du monde de la finance pour sa façon de penser peu orthodoxe et son sens des affaires qui a fait de Berkshire Hathaway, son conglomérat, l'action la plus cotée à la Bourse de New York. Et quand tout le monde croit à la faillite des banques, il investit 5 milliards de dollars cash dans Goldman Sachs. 
    L'Oracle d'Omaha, qui a lancé une campagne avec son partenaire de bridge, Bill Gates, pour demander aux 400 Américains les plus riches de donner de leur vivant la moitié de leur fortune à des oeuvres de charité, vient encore de lancer une idée dans un éditorial du New York Times qui fait déjà grincer des dents à tous les fondamentalistes qui tiennent le GOP en otage: Augmenter les impôts de lui-même et de ses amis "méga riches".
    The White House 
    "Nos leaders ont parlé de "sacrifices partagés," "écrit Buffett, mais lorsqu'ils ont fait cette demande, ils m'ont oublié. J'ai vérifié auprès de mes amis "mega riches" pour voir à quelle douleur ils s'attendaient, mais eux aussi avaient été épargnés." 
    "Pendant que les pauvres et les enfants de la classe moyenne combattent pour nous en Afghanistan, et pendant que la plupart des Américains luttent pour arriver à boucler leurs fins de mois, nous, les méga riches, continuons avec nos extraordinaires déductions d'impôts." 
    Buffet révèle qu'il a payé l'année dernière 6.938.744 millions de dollars d'impôts. Nettement plus que la majorité des Américains, mais, souligne-t-il, à peine 17,4% de ses revenus imposables et moins, en pourcentage, que les 20 salariés de son bureau qui, eux, ont payé entre 33 et 41% de leurs revenus. 
    Buffett ironise sur l'attitude protectrice du Congrès, comparant les méga riches aux espèces protégées, comme si des impôts plus élevés risquaient de faire disparaître les plus fortunés. Le financier se moque également des raisons avancées par les conservateurs eu Congrès pour ne pas taxer les riches. "Les gens investissent pour gagner de l'argent," écrit-il, "et les impôts ne les ont jamais découragés de faire ces investissements. Et à ceux qui affirment que des impôts plus élevés nous coûtent des emplois, je ferai remarquer qu'un total net de 40 millions de nouveaux emplois a été créé entre 1980 et 2000. Et vous savez ce qui s'est produit ensuite: un taux d'imposition réduit et un nombre de nouveaux emplois très inférieurs." 
    Buffett suggère que les Américains ayant des revenus supérieurs à 1 million de dollars paient  "immédiatement" plus d'impôts et que pour ceux dont les revenus sont supérieurs à 10 millions (près de 9.000 Américains), une tranche supérieure soit créée. 
    Le super comité des 12 "Sages" qui devront prochainement travailler sur la réduction de la dette, auront certainement entendu la supplique de Warren Buffett. Ceux qui l'ont suivi ont toujours gagné de l'argent. Cette fois-ci, c'est du bien de l'Amérique dont il s'agit.
    blog.lefigaro.fr

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :