• Témoignage d'un militaire français de retour d'Afghanistan

    Le capitaine LS rentre de neuf mois d’Afghanistan. « Une expérience très
    enrichissante, au plan tactique surtout, mais également très marquante.
    On a fait parfois très mal aux insurgés taliban », se rappelle le jeune
    gradé. « En trois semaines d’une opération conjointe avec les forces
    spéciales, nous avons réussi à en éliminer une soixantaine ». Mais le
    capitaine le reconnaît lui-même : « les talibans ont une grande capacité
    de récupération, ils sont chez eux ».


    Il réagit à la prochaine évaluation du dispositif français,
    ordonnée par le président de la République, afin de réduire les pertes
    d’ici au retrait de nos troupes, prévu fin 2014.


    « Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on va à la fois sécuriser
    notre départ et prétendre qu’on ne va pas être moins visibles. A partir
    du moment où l’on dit que l’on s’en va, il y aura moins de sorties de
    soldats français face à l'ennemi, c’est évident".

    " D’ici au
    désengagement, on ne fera pas autant d’opérations que ces neuf derniers
    mois. Car on pourra de moins en moins se permettre d’avoir des pertes
    humaines.
    Après c’est simple : moins on sort, moins on est confronté au danger et
    donc aux pertes. Au fur et à mesure, les sorties de nos militaires en
    Afghanistan vont donc se réduire".


    "On ne va plus trop chercher à aller dans le fond des vallées,
    celle d’Al Assay par exemple, où on a déjà fait mal aux talibans. On va
    s’écarter de leurs sanctuaires pour recentrer le dispositif le long de
    l’axe qui relie Taghat, Nigrat et la Kapisa, afin de le sécuriser ».


    « Bref, on va recentrer notre dispositif militaire dans les
    entrées de vallées et sur cet axe principal. De toute façon, dans les
    fonds de vallée, la cause talibane est complètement acquise à la
    population civile. Il ne faut pas se faire d’illusions. J’ai même vu des
    scènes de civils, qui se mettaient devant les insurgés. Dans ces fonds
    de vallée, on n’est clairement pas chez nous. Et leur intérêt n’est pas
    de changer aujourd’hui alors que nous allons partir dans un an ou deux".


    "En revanche, la situation est très différente dans les entrées
    de vallées. Là, les milices mises en place il y a un an par la coalition
    font, pour certaines, du très bon travail, ce qui nous permet de mieux
    contrôler la situation ».


    En sortant moins, les militaires français vont perdre un peu le
    contact avec la population : « une mauvaise chose » pour le capitaine
    LS. En Afghanistan, « la politique de proximité avec la population est
    primordiale. Ca a toujours été la French touch d’être au contact de la
    population. Cela nous a permis d’avoir des renseignements sur la
    présence d’IED (engins explosifs improvisés, ndlr), avant qu’elles nous
    frappent ».


    Pour le militaire français, « la meilleure façon de sécuriser
    notre retrait reste de compter sur les forces afghanes. Elles ont un
    meilleur œil, et quand elles sont en premier rideau, c’est très bien,
    elles voient des choses que nous ne pouvons pas voir ».


    Un de ses collègues des Forces spéciales françaises ajoute : «
    c’est grâce à un Afghan que l’an dernier nous avons pu éviter un
    attentat suicide contre nos hommes. Cet Afghan avait repéré un homme qui
    avait des mollets squelettiques mais au-dessus un embonpoint.
    Evidemment, il portait sous son châle une ceinture d’explosifs ». Il a
    été tué avant d’actionner sa charge.


    Un autre élément a marqué le capitaine LS : le climat.  « En
    hiver, dans le fond des vallées, les feuilles étaient tombées des
    arbres. Je pouvais installer mes postes d’observation plus hauts sur les
    collines, et je voyais très bien ce qui se passait en contrebas. En
    revanche en été, les feuilles obstruent la vue des militaires français.
    On ne voit rien. On ne peut pas monter de bons postes d’observation. La
    green zone, comme on l’appelle, masque vraiment tout mouvement
    d’insurgés dans le fond des vallées. Cela fait un excellent camouflage
    pour les taliban, on a vraiment de grosses difficultés à contourner cet
    écueil. Ca a une influence directe sur nos manœuvres.
    En hiver, je bâtissais mes opérations avec un gros appui sur les
    hauteurs. Je pouvais ainsi être renseigné au plus loin. En Afghanistan,
    le facteur végétation n’est pas du tout anecdotique ».
    (Crédit photo: AFP)

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :