• Syrie: début des manifestations, opérations de l'armée à Hama

    NICOSIE - Les manifestations ont débuté en Syrie pour le premier

    vendredi du mois de ramadan, alors que l'armée menait des opérations à

    Hama, une ville rebelle du centre du pays, où les communications sont

    entièrement coupées.

       

    "Des milliers de manifestants défilent à Deir Ezzor (est), Deraa
    (sud) et Qamechli (nord-est) pour soutenir la ville de Hama malgré la
    très forte chaleur", a déclaré à l'AFP Abdel Karim Rihaoui, président de
    la Ligue syrienne des droits de l'Homme.

    "Plus de 12.000 défilent à Bench, dans le gouvernorat d'Idleb (nord-ouest) pour réclamer la
    chute du régime et exprimer leur soutien à Hama et Deir Ezzor", a pour
    sa part annoncé Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien
    des droits de l'Homme (OSDH).

    "Des centaines de personnes sont sorties de la mosquée al-Mansouri à Jableh (ouest) en scandant 'Dieu est
    avec nous'!", a-t-il ajouté.

    Les contestataires syriens ont lancé, comme tous les vendredis, sur la page Facebook "Syrian Revolution
    2011" un appel à la mobilisation avec pour slogan s'adressant à la
    communauté internationale: "Dieu est avec nous. Et vous'". Durant le
    mois sacré de jeûne "chaque jour est un vendredi", précisent-ils.

    Par ailleurs, la ville de Hama, théâtre d'attaques de l'armée qui ont fait
    des dizaines de morts depuis une semaine, était vendredi toujours
    isolée, les autorités ayant coupé les moyens de communications pour
    combattre les "bandes terroristes armées" à qui elles attribuent les
    troubles depuis le début mi-mars d'une révolte populaire inédite.

    Les  médias gouvernementaux syriens ont rapporté que des unités de l'armée
    tentaient de "dégager des barrages érigés par des groupes terroristes
    qui ont bloqué des routes et dégradé des biens publics et privés,
    notamment des postes de police, à l'aide de diverses armes".

    Jeudi,  un habitant qui avait pu fuir la ville a déclaré à l'AFP que "près de
    30 corps de personnes tuées à la suite d'un bombardement de l'armée
    mercredi ont été enterrés dans plusieurs petits jardins publics".

    Il avait également fait état du "déploiement des chars dans la ville" où
    l'armée a lancé dimanche une vaste offensive qui a fait plus d'une
    centaine de morts.

    Selon lui, "les forces armées ont fait usage
    hier (mercredi) d'obus à fragmentation" et des "franc-tireurs sont
    postés sur les toits des hôpitaux privés".

    Selon M. Abdel Rahmane, basé en Grande-Bretagne, plus de 1.000 familles ont quitté la ville.

    Depuis le 15 mars, plus de 1.600 civils ont été tués en Syrie, selon l'OSDH.

    Par AFP

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :