• Sarkozy à Obama : «Nous avons une ligne commune : agir»

    Le G20 s'est conclu ce vendredi après-midi à Cannes sans que la menace d'une propagation de la crise grecque ne soit totalement effacée, malgré l'abandon du référendum sur le plan d'aide de l'Union européenne. Cette nuit, le Premier ministre grec, Georges Papandréou, va tenter au cours d'un vote de confiance à haut risque au Parlement de rester en place, le temps de garantir le lancement du plan européen anti-crise qui doit sauver son pays de la faillite et le maintenir dans la euro.

    Mais en attendant une sortie de crise à Athènes, vers qui tous les regards sont tournés, les nuages ont commencé à s'ammonceler au dessus de l'Italie. La troisième économie de la zone euro, quatrième emprunteur dans le monde, qui a tenté de rassurer le G20 avec ses nouvelles mesures anti-crise, a été mise aujourd'hui sous surveillance par le FMI et l'Europe. Les dirigeants du G20 ont aussi examiné les moyens de renforcer les pare-feu indispensables pour éviter la contagion de cette crise de la dette. Le G20 va ainsi accepter d'apporter des ressources supplémentaires au FMI.

    Les principales économies de la planète veulent ramener la croissance sur des fondements durables en s'efforçant de corriger les déséquilibres économiques mondiaux. La Chine et l'Allemagne se sont notamment engagées à prendre des mesures pour soutenir leur demande intérieure afin d'encourager la croissance mondiale. Le sommet a aussi évoqué la taxe sur les transactions financières, défendue par Paris et Berlin, dans son communiqué final, mais sans être parvenu à l'unanimité sur cette question.

    Les Bourses européennes ont, quant à elles, ouvert en hausse avant de replonger, inquiétées par l'incertitude pesant sur la zone euro et plombées par la publication de statistiques sur l'emploi mitigées aux Etats-Unis.

    Suivez les événements de la journée :

    21 heures. Les Grecs en colère.
    Chants de résistance à la dictature des colonels repris en choeur, drapeaux grecs, slogans anticapitalistes: plusieurs centaines de Grecs s'époumonent ce soir sous les fenêtres du parlement où leurs députés débattent âprement avant un vote crucial pour l'avenir du gouvernement.

    20h55. Du répit pour le pétrole.
    Les prix du pétrole terminent sur une légère hausse au terme d'une séance calme, les investisseurs effectuant une pause en espérant que le week-end permettra d'y voir plus clair sur la situation en Grèce. A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en décembre a fini à 94,26 dollars, en hausse de 19 cents par rapport à la clôture de jeudi. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord a fini à 111,97 dollars , en hausse de 1,17 dollars par rapport à la clôture de jeudi.

    20h50. Au Parlement grec, plusieurs ministres appellent le gouvernement à l'ouverture.
    Plusieurs ministres du gouvernement socialiste grec dirigé par Georges Papandréou se sont prononcés vendredi soir pour une ouverture du gouvernement à d'autres partis politiques afin de valider le plan d'aide européen et de sortir le pays de la crise. C'est le cas notamment du  ministre de l'Agriculture Costas Skandalides et du ministre de l'Environnement et ex-ministre des Finances Georges Papaconstantinou.

    20h40. L'euro recule face au dollar.
    L'euro reste en baisse face au dollar vendredi, dans un marché déboussolé. Vers 20 heures, l'euro valait 1,3777 dollar contre 1,3808 dollar jeudi vers minuit. Face à la devise nippone, l'euro perd aussi de nouveau du terrain, à 107,65 yens contre 107,82 yens jeudi soir.

    20h36. L'interview prend fin. 
    Une dernière image montre serrant de la main gauche la main droite de son voisin, un geste de solidité partagée.

    20h35. Nicolas Sarkozy ne laisse pas reprendre sa respiration : «les peuples choisiront et leur choix, par définition, sera le bon, et nous nous avons une ligne commune : agir».

    20h34. «Nicolas Sarkozy a beaucoup d'énergie, il n'aime pas perdre, il apportera toute son énergie à cette campagne éventuelle», estime Obama.

    20h31. Deux présidents en campagne.
    «Aux Etats-Unis, depuis une décennie ou plus, les électeurs ont l'impression que leur travail n'est pas récompensé, que les gens ordinaires ont beaucoup de mal alors que les élites financières fleurissent. J'ai été élu car je voulais changer les choses. Le changement, c'est lent, insiste le président américain. La chose la plus importante pour les gens en responsabilité est de dire à ces personnes que nous nous battons pour elles. Si je me concentre sur l'aide à apporter à ceux qui m'ont élu, ils vont me faire confiance».

    20h29. Souvenir. Nicolas Sarkozy ne peut s'empêcher de raconter, une fois encore, qu'il avait rencontré Barack Obama avant qu'il soit élu président et même avant qu'il songe à sa candidature. «L'amitié entre la France et les Etats-Unis, c'est crucial, mais l'amitié c'est aussi la souffrance. On peut avoir des désaccords mais l'amitié c'est dans les moments difficiles comme dans les bons moments».

    20h27. Sont-ils amis ?
    «Nous avons des relations excellentes. J'apprécie énormément notre partenariat», salue Barack Obama. A ses côtés, Nicolas Sarkozy tente de réprimer un sourire.

    20h25. «S'attaquer aux paradis fiscaux, s'assurer que les banques sont suffisamment capitalisées, coordonner l'action... A chaque sommet du G20, nous devons institutionnaliser ces relations» entre Etats, assure le président américain.

    20h22. «Barack se souvient qu'à Londres, c'est lui qui a aidé à publier la liste des paradis fiscaux», insiste Nicolas Sarkozy avec familiarité, pointant du doigt son voisin.

    20h19. Une chose concrète que les USA peuvent faire pour aider concrètement l'Europe ? «Assurer un meilleur taux de croissance, garantissant des échanges commerciaux, créer des emplois», énumère Obama.

    20h17. «Ca faisait bien longtemps qu'on n'avait pas eu une Amérique aussi attentive aux problèmes des autres», salue Nicolas Sarkozy.

    20h16. «Le président Obama était informé minute par minute
    de ce que nous faisions comme (il) avait pris le soin de nous informer cet été de ce qu'il lançait aux Etats-Unis», affirme le président français.

    20h14. «J'ai une confiance totale dans les dirigeants européens, et Nicolas Sarkozy pour résoudre la crise, remettre nos populations au travail et restaurer la confiance», assure Barack Obama, saluant le «leadership impressionnant» de ces deux chefs d'Etat.

    20h13. La diffusion de l'interview croisée commence.
    Barack Obama et Nicolas Sarkozy sont assis côte à côte dans des fauteuils de style Empire. David Pujadas et Laurence Ferrari, installés face à eux derrière un petit guéridon, posent leurs questions en anglais.

    G20 : ce qui s'est décidé (Idé)


    20h05. Les manifestants se massent, toujours plus nombreux à Athènes, sous les fenêtres du Parlement où Georges Papandréou tente de sauver sa tête depuis plus de deux heures.

    20 heures. Aubry critique le G20.
    Dans un communiqué, la première secrétaire du PS dénonce « un bilan à la fois inquiétant et attristant (pour cette réunion). M. Sarkozy s'est davantage attaché à utiliser la présidence du G20 pour se mettre en scène que pour s'attaquer vraiment aux problèmes du monde».

    19h58. Interview imminente. Alors que Barack Obama a quitté le sol français depuis 18h30, l'interview accordée par le président américain avec Nicolas Sarkozy, enregistrée après la cérémonie d'hommage aux soldats intervenus sur le terrain libyen, va être diffusée dans quelques minutes sur TF1 et France 2.

    19h54. Pour Copé, Merkel et Sarkozy ont presque sauvé la zone euro. Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, se félicite du « grand succès » du G20, estimant que « grâce à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel », la zone euro est « plus que jamais sur la voie du sauvetage ».

    19h50. Le G20 a «accouché d'une souris». Les associations «Aides» et «Coalition Plus» estiment que le G20 a «accouché d'une souris» pour ce qui est de l'introduction d'une taxe sur les transactions financières.

    19h45. La charge de Mélenchon. Le candidat du Front de Gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, estime que le G20 a «prouvé qu'il était capable du plus grand cynisme», évoquant ses «promesses de pacotille».

    19h35. Obama quitte la France. Barack Obama a quitté la France après avoir participé pendant deux jours au sommet du G20 à Cannes. L'avion présidentiel Air Force One, un Boeing 747 spécialement équipé, a décollé peu après 18h30 de l'aéroport de Nice-Côte d'Azur et était attendu à Washington en fin de soirée, heure de la côte Est des Etats-Unis.

    19h30. France : les mesures d'austérité annoncées lundi. Le gouvernement confirme nos informations, selon lesquelles le nouveau train de mesures d'austérité sera annoncé lundi

    19h15.  Les problèmes de la zone euro ne devraient pas affecter l'élargissement. Les difficultés qu'affronte actuellement la zone euro ne devraient pas affecter le processus d'élargissement de l'Union européenne aux pays des Balkans occidentaux et l'UE leur reste «ouverte», affirme le président du Parlement européen, Jerzy Buzek.

    19h10. Lagarde : «Ca ne tourne pas rond». «La situation est complètement étonnante aujourd’hui : quand vous constatez que le risque italien ou espagnol, mesuré par les financiers, est à peu près du même niveau que le risque égyptien ou pakistanais… il y a quand même quelque chose qui ne tourne pas très rond», lance Christine Lagarde, directrice générale du FMI, au micro d'Europe 1.

    19h06. Lagarde critique la Grèce. «Après les grands efforts déployés par les partenaires de la zone euro (…), soudain le Premier ministre grec prend une décision inannoncée, assez irrationnelle, puisqu’elle vient d’être retirée» regrette Christine Lagarde sur Europe 1. Selon la patronne du FMI, cela a entrainé «confusion et  débats excessifs»

    19 heures. Interview croisée Obama-Sarkozy : le PS dénonce une mise en scène. Le Parti socialiste accuse le président Nicolas Sarkozy de vouloir utiliser son interview croisée avec Barack Obama, vendredi soir sur France 2 et TFI, pour «se mettre en scène», alors qu'il est «déjà en campagne électorale» pour 2012. «Nicolas Sarkozy réquisitionne pour un usage très personnel les deux principales chaînes de télévision, l'une privée, l'autre publique», dénonce dans un communiqué Patrick Bloche, secrétaire national aux médias du PS.

    18h50. Le Mexique favorable à une intervention du FMI en Espagne et Italie. Le président mexicain Felipe Calderón, dont le pays va assurer la présidence du G20, est favorable à une intervention du Fonds monétaire international (FMI) en Espagne et en Italie, cibles des attaques des marchés financiers, afin d'éviter la contagion.

    VIDEO. Les conclusions du sommet - BFMTV


    Sommet du G20 : les conclusions par BFMTV

    www.leparisien.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :