• Russie: 100.000 personnes défient Poutine malgré le froid glacial

    CONTESTATION - Alors que la campagne présidentielle débute ce samedi...

    Et on remet ça. Des dizaines de milliers de Russes manifestent ce samedi, défiant le froid glacial à Moscou et dans de nombreuses villes de province, pour dénoncer le régime du Premier ministre Vladimir Poutine, favori de la présidentielle du 4 mars prochain.

    La troisième grande manifestation dans la capitale contre l'homme fort de Russie, après celles de décembre, est un test crucial pour une coalition disparate d'opposants politiques et de personnalités de la culture ou des médias, d'autant que la campagne pour la présidentielle débute officiellement samedi.

    Les opposants veulent montrer que leur détermination ne faiblit pas. Selon eux, le principal défilé des opposants a réuni 100.000 personnes malgré les -17°C affichés à la mi-journée par un thermomètre numérique situé sur le tracé, dans le centre de Moscou. Selon plusieurs journalistes, la mobilisation de samedi n'a pas été inférieure à celle des dernières manifestations. Beaucoup de manifestants portaient des rubans blancs, couleur de la contestation.

    Le rassemblement en faveur du Premier ministre, organisé à quelques kilomètres, a quant à lui attiré 90.000 personnes, selon la police, qui a parfois surévalué l'affluence lors de précédentes manifestations en faveur du pouvoir. Selon de nombreux témoignages sur internet et d'autres recueillis par l'AFP, des fonctionnaires, enseignants et employés des hôpitaux publics sont forcés par leur direction à aller manifester. Vladimir Poutine a reconnu de telles pressions, tout en estimant qu'il s'agissait de faits isolés. «Bien sûr que ce n'est pas bien, mais exagérer l'ampleur du recours à ce type de méthode n'est pas bien non plus», a-t-il souligné.

    Mobilisation dans tout le pays

    Les opposants espéraient aussi accroître la mobilisation de leurs partisans en province et rassembler des dizaines de milliers de personnes à travers une vingtaine de villes, notamment Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Ekaterinbourg (Oural), Krasnoïarsk (Sibérie) et Nijni Novgorod (Volga).

    A Novossibirsk, en Sibérie, l'opposition a revendiqué 2.000 manifestants qui se sont rassemblés par -21°C. «Deux mille personnes ont participé à la manifestation. Nos slogans étaient toujours les mêmes 'Pour des élections honnêtes' et 'Poutine démission'», a déclaré à l'AFP le représentant local du mouvement d'opposition Solidarnost, Egor Savine. A Vladivostok, sur la côte de l'océan Pacifique, ils étaient environ 200 opposants à dénoncer le régime russe.

    Poutine reste le grand favori

    La Russie connaît une vague de contestation sans précédent depuis l'avènement à la tête du pays en 2000 de Vladimir Poutine. Elle a été déclenchée par les législatives de décembre, marquées par des fraudes selon l'opposition, des observateurs russes et étrangers.

    L'ex-agent du KGB, qui veut revenir au Kremlin pour un troisième mandat après deux précédents effectués entre 2000 et 2008, a vu baisser sa popularité mais reste le grand favori de la présidentielle du 4 mars.

    Son adversaire libéral au scrutin, le milliardaire Mikhaïl Prokhorov, doit participer ce samedi à la marche à Moscou ainsi que l'opposant démocrate Grigori Iavlinski, qui a vu rejeter sa candidature à la présidentielle.

    F.F. avec agences

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :