• Après plusieurs heures de négociations et d'arbitrages, le nouveau doit être dévoilé en début de soirée ce mercredi, au lendemain de l'investiture de François Hollande à la présidence.

    Plus tôt dans la journée, Jean-Marc Ayrault a succédé officiellement à , à l'hôtel Matignon. Dans la matinée, on a également appris que Martine Aubry et François Rebsamen ne feraient pas partie de la nouvelle équipe. «Nous avons discuté de cela lundi avec François Hollande. Il m’a dit qu’il avait fait le choix de Jean-Marc Ayrault. Nous sommes convenus que, dans cette configuration, ma présence au gouvernement n’aurait pas grand sens», a déclaré la Première secrétaire du PS, ajoutant n'avoir «rien demandé ni rien négocié». Le sénateur-maire de Dijon et M. Sécurité au PS a signifié pour sa part qu'il avait «choisi le Sénat et Dijon».

    Le nouveau gouvernement dévoilé. Le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, annonce la composition de la nouvelle équipe : 
    Laurent Fabius nommé ministre des Affaires étrangères
    Vincent Peillon nommé ministre de l'Education nationale 
    Christine Taubira nommée Garde des Sceaux, ministre de la Justice
    Pierre Moscovici nommé ministre de l'Economie, des Finances et du Commerce extérieur
    Marisol Touraine nommée ministre des Affaires sociales et de la Santé
    Manuel Valls nommé ministre de l'Intérieur
    Cécile Duflot nommée ministre de l'Egalité des territoires et du Logement 
    Jean-Yves Le Drian nommé ministre de la Défense
    Nicole Bricq nommée ministre de l'Ecologie
    Aurélie Filippetti nommée ministre de la Culture et de la Communication
    Stéphane Le Foll nommé ministre de l'Agriculture

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Brent Anderson a réalisé une prise magnifique lors d'un match de frisbee aux Etats-Unis.

     

    Brent Anderson est magique

    Lors d'un match comptant pour l'"American Ultimate Disc League" entre l'équipe du Connecticut et les Spinners de Philadelphie, Brent Anderson a fait parler son talent.

    Dans le dernier quart temps d'un match finalement remporté par son équipe du Connecticut 29 à 23, Brent Anderson s'est véritablement arraché afin d'inscrire un point décisif.

    Alors que le disque s'apprêtait à s'écraser au sol sans qu'aucun joueur ne puisse s'en emparer, Brent Anderson a réussit une prise spectaculaire pour donner le point à son équipe !


    votre commentaire
  • Des regrets, quelques piques et des leçons. Lorsqu'il a pris pour la dernière fois la parole devant l'ensemble de son gouvernement mercredi au Conseil des ministres, Nicolas Sarkozy s'est livré sans fard, selon ses propos rapportés par plusieurs participants à l'AFP.

    Dans la ligne de sa déclaration très républicaine dimanche soir devant ses partisans au palais de la Mutualité, le chef de l'Etat a d'abord souhaité bonne chance à son rival. "Je souhaite à mes successeurs le succès que la France mérite", a-t-il dit, "quand on aime la France, c'est ce qu'il faut dire".

    Puis il est revenu sur sa défaite. Sans en analyser les raisons en profondeur mais en ne masquant pas ses regrets d'avoir échoué de si peu (51,6% contre 48,3%) face à son rival socialiste.

    "C'est une défaite qui n'handicape pas l'avenir", a estimé M. Sarkozy, "il y a eu une bascule de 600.000 voix seulement, malgré toutes les forces contre nous (...) je suis déçu pour tous ceux qui nous ont soutenus de ne pas leur avoir donné la victoire". "Mme (Marine) Le Pen m'a fait battre beaucoup plus que (François) Bayrou, le choix de Bayrou ça ne compte pas", a-t-il jugé.

    Dans la foulée, le chef de l'Etat sortant a réglé quelques comptes, tout en allusions et sans citer de noms, à l'endroit de certains de ses amis politiques dont il a jugé le soutien un peu trop timide à son goût.

    "Les électeurs ont été les plus enthousiastes dans cette élection. Ils ont été beaucoup plus engagés que de nombreux professionnels de la politique et certains d'entre nous", a-t-il lâché. "Il ne faut pas céder sur ses convictions mais se méfier de ceux qui en ont si peu".

    "Je sais bien que l'ouverture, ça n'a pas plu. Mais il vaut mieux être trahi par des personnes en qui on a eu confiance que de trahir les gens dont on a eu la confiance", a poursuivi le président sortant. Une allusion à certains ex-membres de son gouvernement marqués à gauche qui, comme Fadela Amara ou Martin Hirsch, ont annoncé avoir voté pour François Hollande.

    "J'ai été beaucoup trahi. Je ne suis pas le premier mais je ne suis pas le dernier", a-t-il regretté, philosophe.

    S'exprimant après son Premier ministre François Fillon, Nicolas Sarkozy lui a rendu un hommage appuyé et a loué leur entente, qui a pourtant connu quelques accrocs pendant le quinquennat.

    "Il n'y a pas eu de couple qui se soit aussi bien entendu dans la Ve République. On était différents. Heureusement qu'on était différents, les deux mêmes ça aurait été insupportable", a-t-il souligné. "Pendant cinq ans on a géré la 5e puissance du monde, il n'y a pas eu de violence".

    Enfin, le chef de l'Etat a confirmé sa volonté de s'éloigner de la politique. "Maintenant, une autre période s'ouvre pour moi", a assuré Nicolas Sarkozy. "C'est un changement dans ma vie mais il faut accepter le changement", a-t-il conclu, avant d'ajouter: "le jour où on n'accepte plus le changement, c'est qu'on est vieux. Moi je me sens jeune".


    votre commentaire
  • Peu avant de faire ses cartons, le ministre de l'Intérieur a fait publier en urgence deux décrets majeurs sur le fichage des individus en France.

    Claude Guéant veut laisser son empreinte avant de quitter la place Beauvau. Afin que la très controversée loi sur la sécurité Loppsi 2, voulue par Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux, ne reste pas au fond des tiroirs - comme beaucoup de lois votées -, le ministre de l'Intérieur a fait paraître au Journal officiel du 8 mai le décret d'application d'une des mesures phares de la Loppsi 2, le "fichier d'analyse sérielle". Derrière cette dénomination barbare se cache une véritable arme atomique contre la vie privée, puisqu'il s'agit ni plus ni moins d'exploiter ensemble toutes les données dont disposent l'État et ses services sur un individu. Cela inclut les données qui peuvent être réclamées à des entreprises, par exemple l'ensemble de l'activité sur Facebook, les communications par email, les sites web consultés depuis un abonnement à Internet, etc.

    Ce n'est pas le seul cadeau de départ de Claude Guéant. La Loppsi 2 prévoyait déjà de fusionner les fichiers de police (Stic) et de gendarmerie (Judex), et de conserver des données jusqu'à quarante ans, grâce à un décret lui aussi paru très opportunément au JO, dimanche 6 mai, jour de l'élection de François Hollande. La loi permet donc désormais aux policiers et aux gendarmes des recoupements beaucoup plus précis, y compris avec des informations biométriques. Les abus dans les accès aux fichiers de police étant nombreux, y compris au profit d'officines extérieures à l'État, les défenseurs de la vie privée ont exprimé leurs plus vives inquiétudes.

    Consensus à droite et à gauche

    Le fichier d'analyse sérielle peut exploiter des photos permettant l'identification des individus, via l'empreinte de leur visage (distance entre les yeux, courbes, positionnement du nez, etc.). Couplé au réseau national de caméras de vidéosurveillance (ou de vidéoprotection, leur appellation officielle), l'État dispose d'une arme redoutable contre les criminels, mais aussi contre l'ensemble de la population. Et c'est bien ce que dénoncent aussi les défenseurs de la vie privée pour qui, une nouvelle fois, au nom de la lutte contre le terrorisme, l'exécutif réduit drastiquement l'application de certaines libertés fondamentales.

    Via ce nouvel outil, officiellement à la disposition des forces de police sous certaines conditions (de gravité de l'affaire, notamment), l'État se dote d'un arsenal de surveillance inquiétant. D'autant plus que, si certains décrets et lois devraient disparaître avec l'arrivée d'un gouvernement de gauche, les questions de sécurité ont toujours fait en France l'objet d'un consensus surprenant. Le plan Vigipirate, qui prévoit un État d'exception (étape intermédiaire avant l'État d'urgence et l'État de siège) et donc des dérogations à la Constitution, est en vigueur depuis le milieu des années 1990. Des gouvernements de droite et de gauche se sont depuis succédé, sans jamais le remettre en question. Il est donc peu probable qu'un changement de gouvernement remette en cause les "acquis" des lois sécuritaires face aux libertés fondamentales. On est bien loin de l'Allemagne, où le souvenir de la Gestapo puis de la Stasi a rendu les institutions allergiques à toute forme de fichage massif des citoyens.

    Click here to find out more!Lepoint.fr


    votre commentaire