• Pour redorer son image, Obama part en tournée en bus dans le Midwest

    Barack Obama a lancé lundi 15 août une tournée en bus à travers trois Etats-clés du Midwest pour tenter de redorer son image fragilisée. Il compte également rassurer des électeurs inquiets de la situation économique à 15 mois de la présidentielle.

    A bord d'un bus blindé flambant neuf à 1,1 million de dollars, le chef de l'Etat a entamé sa tournée de trois jours à travers le Minnesota, l'Iowa et son Etat d'adoption, l'Illinois. Lors de la course à la Maison Blanche de 2008, le candidat Obama l'avait emporté dans ces trois Etats, qu'il ne peut se permettre de perdre s'il souhaite se faire réélire en novembre 2012. En référence à la situation économique du pays, les adversaires républicains de Barack Obama ont immédiatement qualifié l'initiative de "tournée magique de la misère" ou de "chevauchée pour venir à bout de la dette".

    Affaibli par les querelles partisanes avec les républicains sur cette question de la dette, ainsi que par une économie en berne, un taux de chômage à 9,1 % et des questionnements quant à sa capacité à gouverner, M. Obama veut aller à la rencontre des électeurs, a expliqué la Maison Blanche. "Le président est très impatient de sortir de Washington", a commenté son directeur de la communication, Dan Pfeiffer, ajoutant que M. Obama "a hâte de rentrer chez lui dans l'Illinois, mais aussi dans le Minnesota et bien sûr en Iowa, qui a toujours constitué un endroit un peu spécial pour lui".

    ÉPICENTRE DE LA COURSE À L'INVESTITURE RÉPUBLICAINE

    L'Iowa est l'Etat où Barack Obama est véritablement sorti de l'ombre en remportant le premier affrontement entre candidats démocrates contre Hillary Clinton au cours des primaires de 2008.
    Cet Etat constitue aussi l'épicentre de la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle. Le gouverneur républicain du Texas, Rick Perry, qui s'est officiellement porté candidat ce week-end et semble être un des trois favoris de son parti, sera également dans l'Iowa lundi.

    La représentante du Minnesota, Michele Bachmann, égérie du Tea Party qui a remporté une élection-test entre républicains organisée samedi dans l'Iowa, affûte aussi ses armes et a promis de faire de M. Obama "le président d'un seul mandat". Quant au favori républicain dans les sondages, Mitt Romney, il s'en est pris lundi à l'initiative de M. Obama. "Lors de sa tournée magique de la misère, il est peu probable que le président parle avec les Américains sans emploi, les entrepreneurs proches de la faillite ou les familles luttant pour survivre dans ce contexte économique", a-t-il dit.

    POPULARITÉ DESCENDUE À 40 %

    La Maison Blanche a du pain sur la planche pour redorer l'image politique de M. Obama dont la cote de popularité est descendue à 40 %, selon un sondage Gallup. Le président a dû encaisser la décision de l'agence Standard and Poor's d'abaisser la note de dette jusqu'alors impeccable des Etats-Unis. Il avait déjà pris un sérieux coup lors des négociations compliquées avec ses adversaires républicains sur le relèvement du plafond de la dette, qui ont conduit le pays au bord d'un défaut de paiement.

    M. Obama a d'ailleurs reçu des critiques de la part de son propre camp qui lui a reproché de trop céder aux républicains. Il a promis de présenter sous peu des mesures pour réduire le déficit et le chômage, mais les chances qu'elles soient adoptées par la Chambre des représentants à majorité républicaine sont incertaines.

    LeMonde


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :