• Le FBI publie son enquête, pas toujours flatteuse, sur Steve Jobs

    Le FBI a publié jeudi les 191 pages d'une enquête pas toujours flatteuse sur Steve Jobs, le co-fondateur d'Apple décédé en octobre, ouverte en 1991 à l'époque où il était pressenti pour siéger dans une commission présidentielle.

    L'enquête révèle notamment que le légendaire patron du groupe californien avait été la cible d'une alerte à la bombe en 1985, qu'il avait fait usage de la drogue dans sa jeunesse, qu'il négligeait sa fille née hors mariage et qu'il "déformerait la réalité pour parvenir à ses fins".

    Mais l'enquête, qui se fonde sur des dizaines d'entretiens avec des amis, collègues et proches de Steve Jobs, conclut que c'était un dirigeant "brillant" que la plupart des personnes interrogées "recommandaient pour occuper un poste de confiance et de responsabilité".

    Steve Jobs était alors candidat pour siéger au Conseil présidentiel pour la promotion des exportations américaines, sous la présidence de George Bush père.

    Dans les pages que le FBI publie sur son site internet en vertu de la loi sur la liberté d'information et à la demande du Wall Street Journal, on peut lire que "plusieurs personnes ont mis en doute l'honnêteté de M. Jobs, déclarant que M. Jobs travestirait la vérité et déformerait la réalité pour parvenir à ses fins".

    Une personne interrogée estime que c'était "un individu trompeur qui n'était ni complètement franc, ni complètement honnête".

    Mais une autre remarque que Steve Jobs, décédé à l'âge de 56 ans des suites d'un cancer du pancréas, menait "ses affaires de manière honorable" et ne l'a jamais vu "exprimer aucun parti pris ni préjugé". Une autre parle aussi de son "intégrité" et de son "grand sens moral". Une autre le décrit comme quelqu'un d'"extrêmement intelligent, un vrai dirigeant qui a fait la différence dans l'industrie informatique".

    Steve Jobs, qui était indisponible "pendant trois semaines" pour répondre aux questions du FBI, avait fait usage de drogues au lycée et à l'université, dont de la marijuana, du haschish et du LSD.

    Plusieurs entretiens font état d'une fille que Steve Jobs avait eue hors mariage avec une petite amie du lycée, affirmant que le patron d'Apple avait "pendant longtemps" "négligé", sinon "abandonné" l'enfant, avant de lui venir en aide plus "récemment".

    Voila.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :