• En perte de vitesse, le groupe de fast-food vient de dévoiler sa stratégie pour séduire à nouveau les Américains...

    Avant de partir à la conquête des terre nouvelles (ou perdues), Burger King a fort à faire sur sa terre natale: le groupe a cédé en 2011 au groupe Wendy’s la deuxième place sur le marché américain, selon le cabinet d’étude Technomic. Un camouflet qu’il entend réparer au plus vite.

    Nouvelle carte et nouvelle déco

    Cette stratégie de contre-attaque dévoilée en exclusivité ce week-end par USA Today a été officialisée lundi par Burger King. Au programme, un relooking complet du décor mais aussi de ses menus.

    Façades en briques, sièges plus confortables, panneaux digitaux pour afficher les menus: l’extérieur et l’intérieur de ses 7.204 restaurants américains vont être totalement renovés.

    Sur la carte, BK affiche un record de dix nouvelles références. La priorité: varier les plaisirs et surtout proposer des produits plus sains et légers, avec notamment trois nouvelles salades et deux recettes de smoothies aux fruits faits sur demande.

    Des spots télévisés avec Beckham ou Salma Hayek

    Au total, 750 millions de dollars vont être investis sur les douze prochains mois. «C'est le plus gros changement à l’échelle de l’histoire de la marque», a commenté dans USA Today Steve Wiborg, le vice-président exécutif et président des opérations nord-américaines du groupe. «C’est l’investissement le plus important de la chaîne dans l’espace d’un an», a-t-il ajouté.

    L’objectif affiché: séduire les mères de famille et leurs bambins, mais aussi les retraités pour reconquérir la deuxième place, et pourquoi pas détrôner le champion McDonald’s.

    Pour soutenir son opération de communication, le groupe s’offre les services de poids lourds du marketing: une série de spots télévisés diffusés depuis lundi mettent notamment en scène le footballeur  David Beckham, la chanteuse Mary J. Blige ou encore l’actrice Salma Hayek.

    Claire Planchard|20minutes.fr

    votre commentaire
  • PARIS/ORLÉANS (Reuters) - Plus de 120.000 personnes revendiquées à Paris et 23.000 à Lille : porté par des sondages qui lui donnent jusqu'à 14,5% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est obligé d'accroître le budget de ses meetings pour faire face à un afflux imprévu de sympathisants.

    "A Lille, on a changé trois fois de salle", confiait récemment le candidat du Front de gauche à d'anciens salariés de la compagnie maritime SeaFrance, placée en liquidation judiciaire en janvier. "A la Bastille, j'ai retiré un quart d'heure de mon discours à cause du monde", ajoutait-il, évoquant des militants serrés "comme des harengs".

    A Vierzon (Cher), dans le Centre, où Jean-Luc Mélenchon tient meeting ce mardi sur la protection sociale et la santé, plus de 6.000 personnes sont attendues dans le hall du Parc des expositions, qui peut accueillir 4.500 personnes maximum.

    "Il y a quelques semaines encore, nous pensions accueillir 2.000 personnes, et là nous triplons la mise. Ça oblige forcément à tout recalibrer", dit Pierre Houques, coordinateur régional du Parti de gauche.

    Le Front de gauche a pris une option sur une autre salle d'un millier de places et se laisse la possibilité d'investir les espaces qui bordent le Parc des expositions pour accueillir jusqu'à 10.000 personnes supplémentaires.

    À la fédération communiste d'Orléans, située à une centaine de kilomètres de Vierzon, le téléphone sonne sans arrêt.

    "C'est complet de chez complet", dit Claudine Dubois, chargée de la logistique pour ce meeting régional.

    Depuis le rassemblement de la Bastille, le 18 mars à Paris, l'équipe de Jean-Luc Mélenchon installe systématiquement des écrans dans les parkings, à l'extérieur des salles. Dans les meetings les plus bondés, elle rediffuse le discours du candidat 10 minutes après son intervention.

    20 À 40% DE COÛTS SUPPLÉMENTAIRES PAR MEETING

    Même si le Front de gauche a décidé de conserver les mêmes prestataires de service pour toute la campagne afin d'amortir les coûts, ces adaptations ont un prix, explique Gabriel Amard, secrétaire national du Parti de gauche en charge des meetings.

    Sur un budget d'environ 70.000 euros maximum par meeting, le Front de gauche doit en ce moment dépenser de 20 à 40% de plus selon les événements, souligne-t-il.

    Mais "de toute façon, les meetings en plein air, surtout si cela se fait en journée comme à Bastille un dimanche ou les plages du Prado (à Marseille) un samedi, ça demande d'autres moyens que dans une salle fermée", dit-il.

    Des moyens qui compensent l'économie de la salle. "Il faut des écrans à LED visibles en plein jour, des moyens de sonorisation de plus forte puissance, etc.", explique-t-il.

    L'équipe du candidat, assuré de passer la barre des 5% synonyme de remboursement des frais de campagne, va contracter un prêt d'environ un million d'euros dans la semaine, a annoncé mardi le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

    Le budget de campagne du Front de gauche passera ainsi de 2,5 à 3,5 millions d'euros.

    De quoi assurer trois grands rassemblements en plein air d'ici le 22 avril. A Toulouse jeudi, le candidat du Front de gauche tiendra meeting place du Capitole. Puis le 14 avril, ce sera "plage au peuple", assure son directeur de campagne François Delapierre, qui maintient le meeting prévu sur les plages du Prado à Marseille, malgré le refus de la mairie UMP.

    Et le soir du premier tour, c'est place Stalingrad, à Paris, que le candidat attendra les résultats, a-t-il annoncé.

    Avec Mourad Guichard à Orléans, édité par Yves Clarisse|yahoo.fr


    votre commentaire
  • Le site internet de socialisation Facebook prépare son introduction en Bourse pour le mois de mai, affirme mercredi le Wall Street Journal sur son site internet, citant des sources proches du dossier.

    Le groupe de Menlo Park, Californie (ouest des Etats-Unis) a cessé de vendre ses actions sur le marché secondaire, ajoute le quotidien.

    Facebook a enregistré début février son projet d'introduction en Bourse, qui devrait être la plus grosse jamais connue aux Etats-Unis pour une entreprise du secteur internet. L'opération pourrait permettre de lever jusqu'à 10 milliards de dollars et pourrait valoriser l'entreprise jusqu'à 105 milliards de dollars.

    Facebook, qui compte 845 millions d'utilisateurs dans Le Monde, a généré un bénéfice de 668 millions de dollars en 2011 sur un chiffre d'affaires de 3,71 milliards de dollars.

    Le géant des réseaux sociaux est en discussion avec la Commission américaine des opérations de Bourse (SEC) sur son entrée en Bourse et s'attend à enregistrer au moins un autre amendement à son dossier, d'après une source anonyme citée par le Wall Street Journal.

    Le dernier amendement, enregistré mardi, indiquait qu'une victoire de Yahoo dans un procès pour violation de brevet pourrait avoir un impact important sur les comptes de l'entreprise.

    La source du quotidien financier a fait remarquer que la date finale de l'introduction en Bourse dépendait surtout de décisions de la SEC.

    voila.fr


    votre commentaire
  • L'ordinateur, et non pas le smartphone, est l'"écran" préféré des jeunes de 15-24 ans, qui le considèrent "indispensable" au vu de ses capacités techniques et auquel ils se disent également attachés affectivement, selon une étude Médiamétrie pour Microsoft publiée mercredi.

    Cette étude a été réalisée en ligne auprès de 1.500 internautes âgés de 15 à 24 ans, du 24 février au 5 mars.

    La catégorie des PC (personnal computers) arrive en tête des écrans jugés "indispensables" pour 92% des sondés - qui saluent notamment la taille de son écran et son confort d'utilisation - devant le téléphone mobile/smartphone (81%).

    "Le PC est l'écran préféré tous usages et toutes catégories: 22 usages cités sur 23 au total, sauf pour la musique où c'est le téléphone/smartphone qui ressort mieux", souligne l'étude.

    L'ordinateur portable est plébiscité à 70%, contre 30% pour l'ordinateur de bureau.

    Et d'un point de vue plus "affectif", les jeunes font également part de leur "attachement" pour l'ordinateur à 42%, contre 37% pour le mobile.

    "Si on s'attendait à ce que la catégorie des PC et des portables se place très haut dans les préférences, la vraie surprise a été de voir que cet écran est considéré comme indispensable aux jeunes, et surtout que c'est leur écran préféré", indique à l'AFP Olivier Ribet, directeur de la division Windows pour Microsoft France.

    "Il est vrai que pour regarder des vidéos sur un téléphone, même très performant, la batterie ne tient pas, et la taille et la qualité d'écran ne suffisent pas", souligne-t-il.

    Médiamétrie souligne plus globalement que les foyers où vivent ces 15-24 ans - également appelés "digital natives" pour leur immersion depuis le plus jeunes âges dans Le Monde numérique - font partie des foyers suréquipés en écrans par rapport à la moyenne française de 5,9 écrans (hors télévision).

    Ainsi, 87% des foyers où ils vivent possèdent 1,8 ordinateur portable en moyenne, 73% comptent 1,3 ordinateur fixe, 79% sont équipés de deux téléphones mobiles, 74% d'1,9 smartphone, et 15% de 1,3 tablette.

    voila.fr


    votre commentaire
  • voila.fr Dix-neuf jihadistes appartenant à la mouvance d'Al-Qaïda se sont évadés vendredi d'une prison de Kirkouk, dans le Nord de l'Irak, après avoir endormi les gardiens avec des dattes fourrées aux somnifères.

    "Dix-neuf détenus appartenant à Al-Qaïda et au (groupe jihadiste) Ansar al-Sunna ont réussi à s'échapper à 03H30 (00H30 GMT) de la prison de Tasfirat par des gaines d'aération après avoir endormi les gardiens et d'autres détenus avec des dattes fourrées aux somnifères", a expliqué un responsable des services de sécurité de la ville.

    Deux condamnés à mort figurent parmi eux et les autres sont poursuivis pour assassinats, rapts et d'autres crimes, a-t-il précisé.

    La ville a été bouclée pour la recherche des évadés.

    La prison de Tasfirat se trouve dans le centre de Kirkouk, ville à 240 km au Nord de Bagdad.

    Abdallah al-Assi, membre du conseil provincial de la province de Kirkouk, a estimé que "l'incident est très clairement le résultat de négligences de la part des services de sécurité car leurs responsables ne sont pas vraiment compétents ni professionnels".

    Plusieurs évasions ont déjà eu lieu en Irak. Le 7 janvier, onze prisonniers, dont plusieurs condamnés à mort, s'étaient évadés de la prison de Zirga à Dohouk, à 410 km au Nord de Bagdad, après avoir creusé un tunnel de 80 mètres sous le bâtiment.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique