• Hosni Moubarak plaide non coupable à son procès

    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak
    a plaidé non coupable à son procès, mercredi 3 août au Caire, rejetant
    catégoriquement toutes les accusations portées contre lui. Accusé d'être impliqué dans le meurtre de manifestants et de corruption, M. Moubarak a plaidé non coupable. "Toutes ces accusations, je les nie complètement", a-t-il déclaré, après être arrivé à l'académie de police en civière. Ses fils Alaa et Gamal, accusés de corruption, ont ensuite pris la parole pour plaider non coupables.

    Moins de six mois après la chute de son régime, emporté par une
    révolte populaire le 11 février, Hosni Moubarak  comparaît pour meurtres
    et corruption, un procès historique pour l'Egypte et le monde arabe,
    qui doit être diffusé en direct à la télévision publique  

    Le procès se tient dans l'enceinte de l'école de police, dans la
    banlieue du Caire, pour des raisons de sécurité. Dans l'amphithéâtre qui
    accueille le procès, une grande cage à barreaux noirs a été installée
    pour accueillir
    les accusés, tous habillés de blanc, la tenue réglementaire des
    prévenus qui ne sont pas encore condamnés, à l'exception de l'ancien
    ministre de l'intérieur Habib El-Adli,
    déjà condamné à 12 ans de prison pour maversations financières. Les
    deux fils de l'ancien raïs, Alaa et Gama, se tenaient dans la cage au
    côté de leur père.

    A l'extérieur, des centaines de personnes, dont des familles des
    victimes et des journalistes, étaient rassemblées et suivaient
    l'audience sur un écran géant. Des partisans de l'ex-président se sont
    heurtés à ses opposants au petit matin, puis au moment où l'audience
    était suspendue pour une pause.

     

      
         

    La cage dans laquelle se tiennent les huit co-accusés.

         

    La cage dans laquelle se tiennent les huit co-accusés.AFP/Egyptian TV

      

     

    Hosni Moubarak, qui est âgé de 83 ans et a régné sur l'Egypte pendant 30 ans, est notamment poursuivi pour homicides avec préméditation dans le cadre de la répression du mouvement de contestation de janvier-février
    qui a provoqué sa démission et a fait 840 morts, selon un bilan
    officiel. S'il est reconnu coupable, Hosni Moubarak est passible de la
    peine de mort.

    Son avocat, Farid Al-Dib, doit arguer que M. Moubarak est trop malade pour être
    jugé et qu'il n'a pas autorisé la répression brutale des manifestants.
    M. Al-Dib a assuré que M. Moubarak souffrait d'un cancer et que, la
    semaine dernière, il était dans le coma, ce que l'hôpital dans lequel il
    est soigné pour des problèmes cardiaques a démenti. L'un de ses
    médecins a affirmé qu'il était dans un état relativement stable mais
    qu'il était faible, car il refuse de s'alimenter,
    et est très déprimé. L'ancien raïs sera hospitalisé au Caire, à l'école
    de police où se tient le procès, après la première audience, rapporte
    l'agence de presse officielle Mena, citant une source autorisée.

    Avant le procès, nombreux étaient les Egyptiens à se dire sceptiques sur sa présence dans le box des accusés. D'autres accusaient l'armée, au pouvoir depuis sa démission, de chercher à lui éviter une "humiliation".
    Mais mercredi matin, Hosni Moubarak a quitté, à bord d'une ambulance,
    l'hôpital de Charm el-Cheikh, où il est en détention préventive depuis
    avril. Il a atterri dans la matinée à l'aéroport militaire d'Almaza, au
    Caire.

     

      
         

    Gamal et Alaa, les deux fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, sont jugés avec lui au Caire, mercredi 3 août.

         

    Gamal et Alaa, les deux fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, sont jugés avec lui au Caire, mercredi 3 août. Reuters/REUTERS TV

      

     

    IMPORTANT DÉPLOIEMENT SÉCURITAIRE

    Les deux fils de l'ancien président, son ancien ministre de
    l'intérieur Habib el-Adli ainsi que six hauts responsables de la police
    seront jugés en même temps. L'homme d'affaires Hussein Salem, un proche des Moubarak, sera, quant à lui, jugé par contumace. L'ensemble de ces accusés devront répondre des accusations de détournement d'argent public et du meurtre de manifestants antirégime pendant la révolte.

    Devant le tribunal, plus d'un millier de policiers et de soldats ont été déployés pour assurer
    la sécurité aux alentours. Des barbelés ont été placés devant le
    bâtiment et une dizaine de bus de la police anti-émeutes en gardaient
    l'entrée. Près de six cents personnes – avocats, familles des victimes,
    journalistes – ont été autorisées à assister au procès.

     

    LeMonde


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :