• "Ce n'était pas le vrai Djokovic"*

    Rafael Nadal a estimé que sa large victoire à Monte-Carlo était due, en plus de sa performance, à une défaillance de son adversaire. "Ce n'était pas le vrai Djokovic en face de moi, assure-t-il, mais l'an passé, dans les autres finales, je ne l'étais pas non plus."

    Pensez -vous avoir fait le match parfait ?

    R.N. : Rien n'est jamais parfait. J'ai fait un très bon premier set, j'ai été très solide après un bon début de Novak. Il menait 15-30 et j'ai fait trois bons services qui m'ont permis de sauver ma mise en jeu. Après, je suis très content de mon niveau de jeu au premier set. J'ai très bien servi et obtenu des points gratuits. Et surtout, grâce a mon service, j'ai pu terminer le point rapidement en coup droit. Cela a fait la différence. Le premier set a été très important. J'ai joué a un très haut niveau. Au deuxième, il a fait plus de fautes que d'habitude.

    Etait-ce le vrai Djokovic en face de vous?

    R.N. : Non. Mais dans les autres finales que j'ai jouées contre lui, je ne l'étais pas non plus. Djokovic a eu une année 2011 extraordinaire, où il jouait parfaitement, sans faire de fautes. Ce dimanche, il en a commis plus. Gagner 6-3, 6-1 contre le numéro un mondial, ce n'est pas normal mais ca arrive. Je suis très content de ma victoire et désolé pour lui. Mais c'est le sport. Parfois, vous jouez très bien, d'autres fois normalement et d'autres horriblement. Il n'a pas fait un mauvais premier set mais au deuxième, il a moins bien joue.

    Votre premier service semble plus rapid e...

    R.N. : J'ai aussi ce sentiment sur la première balle. J'ai servi entre 178 et 198 km/h presque à chaque fois. Quand votre pourcentage de premières est élevé, ça suffit. Je suis très satisfait.

    Vous avez gagn é huit fois Monte-Carlo, quel est votre secret?

    R.N. : J'ai toujours aimé ce tournoi depuis que je suis petit. C'était un rêve de jouer ici. Quand je pense à mes huit victoires, je me dis d'abord que j'ai de la chance parce que j'ai toujours été dans les meilleures conditions pour jouer ce tournoi. Je n'ai pas été blessé. Ensuite, j'ai joué contre les meilleurs joueurs du monde et j'ai toujours été à mon top. Au final, une multitude de facteurs m'ont permis d'arriver a gagner huit titres.

    Qu'est-ce qui vous rend le plus heureux?

    R.N. : Ce qui me rend le plus heureux, c'est d'abord d'avoir gagné ici. Monte-Carlo est le plus beau Masters 1000 du monde pour moi. Il est spécial pour moi. La deuxième satisfaction, c'est mon niveau de jeu lors de mes quatre derniers matches depuis le deuxième tour. Enfin, je suis heureux d'avoir gagné contre Novak en finale après en avoir perdu plusieurs.

    C'était important de mettre fin à cette série de sept défaites ...

    R.N. : Oui, bien sûr. Casser cette mauvaise série, gagner l'un de mes tournois préférés, tout est parfait. Mais demain est un autre jour. Je vais m'entraîner à Barcelone, je vais bien me préparer. Cette victoire me donne de l'énergie pour continuer a travailler dur et faire de mon mieux.

    Vous aviez peur de ne pas jouer a Monte-Carlo à cause de votre genou. Comment va-t-il?

    R.N. : Je suis très content parce que mon genou ne me gêne plus du tout. Je peux courir sans problème et être a 100%. Je ressens encore quelques douleurs mais je sens que je peux courir sur toutes les balles.

    Eurosport - Correspondance spéciale, Sylvie MARCHAL


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :